PHOTOGRAPHIES

 
Cosa mentale © David Munoz2.png
 

VUES D'EXPOSITIONS

À PROPOS DE DAVID MUNOZ

David Munoz, Ingénieur-chimiste de formation, spécialisé en astrophysique et grand amateur d’astronomie sait tirer des méthodes et des outils scientifiques, les matériaux nécessaires à ses créations plastiques. Résolument tourné vers les questions les plus contemporaines, entre écologie et rapport aux nouvelles technologies, il met en place par l’image des narrations qui interrogent le public sur ses certitudes, et puisent dans les champs de la philosophie, de l’anthropologie ou encore de la psychologie. 

 

Les paysages, quel qu’ils soient, semblent emplis de mystères qui, si nous commençons à les démêler, nous parlent des impacts de l’activité humaine sur son environnement. C’est une image de l’Anthropocène, le choc de l’humanité sur l’écosystème terrestre, une notion que David Munoz explore dans toute son œuvre. 

Dans le même temps où s’est accéléré cet impact, nous nous sommes éloignés de la nature. Le béton a remplacé le terreau sous les pas d’une humanité toujours plus urbanisée et peu à peu s’est éteint le lien au territoire, ou en tout cas à ce territoire là, celui qui respire de plus en plus mal. Alors notre appréhension du monde n’a pu que changer, nos perspectives se sont inversées – peut-être – et notre rapport à l’environnement s’est fatalement appauvri. C’est ce sur quoi se penche le projet Universum, ce changement de paradigme qui à bien des égards définit notre contemporanéité. 

 

Afin de rendre visible au public cette zone d’incertitude que constitue notre rapport au réel, David Munoz se rend sur le terrain. Accompagné d’un guide, il en arpente les reliefs, muni de son matériel en capture les images. Mais là encore je suis aveugle, car toutes les photographies qui m’entourent ne sont pas issues de ses pérégrinations. Bien au contraire, certaines sont entièrement générées par ordinateurs, artificielles donc, et pourtant parfaitement naturelles, en un sens. Pour construire ces images – car il s’agit bien d’une construction – David Munoz utilise la fractale : morcelée, l’image est en fait créée par la prolifération d’éléments infiniment plus petits qui – assemblés – semblent former ce tout nécessaire, comme parfaitement naturel. Il y a ainsi un choc entre naturel et virtuel, entre perception et réalité, qui là encore questionne notre rapport au monde et à l’environnement. 

 

David Munoz transpose ces questionnements dans le domaine de la sculpture, en partenariat avec l’Université Paris-Saclay. Accompagné de scientifiques en génie mécanique, thermodynamique et dynamique des fluides, il travaille le mouvement des glaciers et souhaite questionner notre rapport intime et sensible à l’urgence environnementale. Là encore, il est question de mouvement, de tension et de perception du réel. Sujets de recherche qu’il déploie également depuis peu au travers de projets vidéos, comme dans Une impression de déréalité, œuvre réalisée avec l’artiste Camille Sauer. 

 

Finalement, que les travaux de David Munoz se matérialisent dans la photographie, l’installation multimédia, la vidéo ou bien la sculpture, c’est toujours la même tension qui est à l’œuvre, le même trouble face à un espace ambiguë. Une zone d’incertitude qui vient questionner nos propres convictions et qui, en éprouvant nos systèmes de croyances, nous mettent en mouvement. Enfin ! Nous sommes en vie… 

 

 

Grégoire Prangé 

Lille, janvier 2021

 
Contact

Merci pour votre envoi !